Au bal masqué - Mélissa Roberge
Mélissa Roberge

J'étudie présentement pour devenir éducatrice en garderie. Comme vous le devinez sans doute, j'adore les enfants. Peut-être un peu trop, et c'est pourquoi je suis encore célibataire. Quand j'annonce à un copain que j'aimerais 5 ou 6 enfants, ils ne restent jamais très longtemps par la suite. Alors en attendant de trouver le bon candidat, j'aimerais vous raconter un peu à quoi ressemble la vie d'une jeune célibataire pleine d'espoir et d'amour! Bonne lecture!

Au bal masqué

Au bal masqué - Mélissa Roberge

Avec cette invitation à la soirée de Pierre, j’avais complètement oublié de prévenir Zoé de récupérer des vêtements, que j’avais fait nettoyer par des professionnels. Cette tenue était un peu particulière, je ne pouvais pas la mettre dans ma laveuse si je voulais la garder pendant longtemps. C’est une robe en velours, une version qui était à la mode à la fin du dix-neuvième siècle. Pour une fête déguisée, j’avais demandé à une couturière de me confectionner cette tenue. J’avais été très satisfaite de mettre cette splendide robe. Zoé devait aller à un bal costumé, et elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait porter pour cette occasion. J’avais immédiatement proposé à mon amie de mettre ce vêtement. Une veste le recouvrait, je l’avais mise avec la robe à nettoyer. J’ai envoyé un message à Zoé pour lui expliquer ce qu’elle devait faire. J’avais prévenu que je ne serais pas la personne qui récupérerait la tenue.

Elle m’a répondu qu’elle n’avait pas oublié et qu’elle ferait le nécessaire. Je savais qu’elle devait porter le déguisement le lendemain soir, et qu’elle voulait l’essayer avant la soirée. Nous avons à peu près la même taille et la même corpulence, j’espérais qu’aucun ajustement ne serait à prévoir. Quand je suis partie chez Pierre, j’étais soulagée d’avoir prévenu mon amie. J’ai passé un moment merveilleux en bonne compagnie. J’ai pris un taxi pour retourner à mon domicile. Une fois que je suis rentrée dans mon appartement, je suis allée me coucher. Je n’ai plus pensé à la soirée déguisée de Zoé jusqu’au dimanche après-midi, quand elle m’a appelée. Elle avait pris quelques photographies de ces instants magiques pendant lesquels elle avait porté une robe digne d’un conte de fées. Elle voulait me remercier de ce prêt en m’invitant au restaurant, le soir même.

Cette idée me plut, évidemment. Je suis, en général assez paresseuse le dimanche, et la perspective de ne pas avoir à préparer mon repas m’enchanta immédiatement. J’avais un dossier à mettre en ordre pour le conseiller qui voit à ma planification financiere Montréal. Nous nous sommes vues dans un établissement dont les mets sont servis en abondance, c’était exactement ce qu’il me fallait. J’ai dégusté une escalope milanaise accompagnée d’un riz pilaf, pendant que mon amie se délectait d’une blanquette de veau. Pour le dessert, nous avons pris le même, un tiramisu aux fruits rouges. Le café fut le bienvenu pour m’aider à digérer tout ce que je venais d’engloutir.