Briser le cœur des autres - Mélissa Roberge
Mélissa Roberge

J'étudie présentement pour devenir éducatrice en garderie. Comme vous le devinez sans doute, j'adore les enfants. Peut-être un peu trop, et c'est pourquoi je suis encore célibataire. Quand j'annonce à un copain que j'aimerais 5 ou 6 enfants, ils ne restent jamais très longtemps par la suite. Alors en attendant de trouver le bon candidat, j'aimerais vous raconter un peu à quoi ressemble la vie d'une jeune célibataire pleine d'espoir et d'amour! Bonne lecture!

Briser le cœur des autres

Briser le cœur des autres - Mélissa Roberge

On ne peut pas vivre sainement avec autant de poison autour de nous. Comme quand il faut faire une decontamination de moisissure dans notre logement, le poison des mensonges doit être éliminé ; il pèse plus dans notre âme, que le béton. Ce n’est pas parce qu’on est jeune, inexpérimenté en amour, ou parce que la pression des autres gagne, qu’on a une raison de faire mal à l’autre. Ou, sans être une raison, ce n’est pas une excuse de ne pas savoir ce qu’on est en train de faire. Non, ce n’est pas comme ça que la vie fonctionne. Il faut plutôt essayer de trouver des moyens de s’en sortir.

La rhétorique est l’arme la plus dangereuse dans une vie de couple. Je ne dis pas cela pour dire qu’on ne peut pas se parler et s’expliquer. Par contre, pointer du doigt pour essayer de cacher ses erreurs de comportements, ne fait qu’envenimer les conversations. Se mettre à nier ce qu’on a fait, ne va pas aider les choses. Voir les choses clairement, comme elles sont, est la meilleure façon d’avancer. Être honnête avec soi-même et avec notre partenaire, est de loin plus efficace, que de faire semblant de n’avoir rien fait.

Je ne comprends pas les adultes qui croient qu’ils peuvent s’échapper avec de tels comportements. Ils doivent manquer de capacité de voir l’autre de façon objective s’ils pensent qu’ils vont tout croire, tout avaler ce qui est dit sans même vérifier, sans réfléchir, et surtout, sans une capacité de penser par soi-même. Ça blesse l’autre personne pour rien quand on l’accuse d’être responsable de tout, incluant de nos propres actions. Ce qui est encore plus blessant, c’est quand l’autre utilise ça pour nous « donner une leçon » sur la responsabilité. Dire des choses comme, « j’ai fait ceci à cause de toi, acceptes tes responsabilités », c’est nier notre part de la culpabilité.

Dans mon cas, je sais que lorsque je me fais dire que tout est de ma faute, et que les autres ne sont pas responsables parce que c’est moi qui les laisse faire, c’est dire que les autres n’ont aucun pouvoir de contrôle sur eux-mêmes, aucune compréhension de ce qui est mal, et aucune part du tort, même si la décision de faire l’action en question leur revenait à 100 %. Dire qu’une personne est faible, donc les autres ont toutes les bonnes raisons de leur côté pour en profiter, c’est dire que seule la personne qui est faible, est responsable de tout ce qui l’entoure. Enlever la responsabilité des coupables de cette façon, c’est un abus psychologique.