Mon but dans la vie - Mélissa Roberge
Mélissa Roberge

J'étudie présentement pour devenir éducatrice en garderie. Comme vous le devinez sans doute, j'adore les enfants. Peut-être un peu trop, et c'est pourquoi je suis encore célibataire. Quand j'annonce à un copain que j'aimerais 5 ou 6 enfants, ils ne restent jamais très longtemps par la suite. Alors en attendant de trouver le bon candidat, j'aimerais vous raconter un peu à quoi ressemble la vie d'une jeune célibataire pleine d'espoir et d'amour! Bonne lecture!

Mon but dans la vie

Mon but dans la vie - Mélissa Roberge

Je n'avais qu'un rêve, celui de me voir un jour marcher sur le tapis rouge, en entendant les flashes des appareils photos de centaines de journalistes. Être mannequin, c'était ce que je voulais réellement, c’était tout ce que je voulais. Pour réaliser cette volonté existante depuis mon plus jeune âge, j’ai dû faire beaucoup de sacrifices, que ce soit dans la nourriture, ou dans mes connaissances.

J'ai eu la chance d'être une fille de grande taille, et de n'avoir uniquement qu'à prendre soin de mon corps. Dès l’âge de mes dix-huit ans, je décidais de m'inscrire aux concours de beauté de l’école, que je remportais haut la main, et à celui de la ville que je gagnais encore plus facilement. Par chance, j'ai été repérée par l'un des plus grands couturiers de France, accompagné de son photographe personnel. Il me proposa de faire un premier casting, pour voir s'il allait me prendre.

Après des mois de préparation, de stress et d'ambition débordante, la date arriva, et je me présentais devant ce grand bâtiment à Paris.

Les rues de Paris me paraissaient extrêmement longues ce jour-là, et mon cœur me semblait battre plus fort que d'habitude. Ce grand bâtiment me donnait le vertige, et je restais près d'une dizaine de minutes en admirant le logo dessiné sur cette grande porte en verre. Je décidais enfin de prendre mon courage en main, et de traverser cette fameuse porte, que je connaissais désormais dans les plus petits détails. Je n'oublierai jamais cette journée, même mes conversations avec les différentes personnes restent gravées dans ma tête. Quelques heures plus tard, j'étais devant  l'objectif d'un appareil photo, réalisant mon rêve.

Je suis ensuite repartie vers ma ville natale, et je racontais tout ce qui s'était passé à ma mère une fois arrivée. Elle était extrêmement fière de moi, et elle attendait comme moi la fameuse lettre qui m'annoncerait si j'allais être le nouveau mannequin, ou si mon rêve allait s'arrêter là.

Elle arriva enfin, près de deux semaines après mon casting. Cette longue attente allait enfin me quitter, et j'allais enfin être libre. Malgré la peur qui régnait en moi, je m'empressais d'ouvrir ce courrier, et de lire son contenu. J'étais acceptée, je n'en revenais pas. J'allais réaliser mon rêve le plus fou. J'allais être convoquée à Montréal, et je devais réellement me préparer.

Deux mois passèrent, et je vis apparaître sur mon visage des rougeurs, que je négligeais au début. Celles-ci continuaient à s'agrandir, et me voilà aujourd'hui, devant le médecin qui vient tout juste de m'annoncer que j'avais une couperose, et qu'il lui fallait du temps pour guérir. Je devais aller à Montréal dans un mois, qu'allais-je devenir ?